Déchiffrez le bilan comptable comme un as de la comptabilité
3.9 (53 ratings)
Course Ratings are calculated from individual students’ ratings and a variety of other signals, like age of rating and reliability, to ensure that they reflect course quality fairly and accurately.
330 students enrolled

Déchiffrez le bilan comptable comme un as de la comptabilité

Guide de lecture du bilan comptable et d'analyse financière des entreprises
3.9 (53 ratings)
Course Ratings are calculated from individual students’ ratings and a variety of other signals, like age of rating and reliability, to ensure that they reflect course quality fairly and accurately.
330 students enrolled
Created by Thierry GOEMANS
Last updated 7/2020
French
Current price: $132.99 Original price: $189.99 Discount: 30% off
5 hours left at this price!
30-Day Money-Back Guarantee
This course includes
  • 1.5 hours on-demand video
  • 42 downloadable resources
  • Full lifetime access
  • Access on mobile and TV
  • Certificate of Completion
Training 5 or more people?

Get your team access to 4,000+ top Udemy courses anytime, anywhere.

Try Udemy for Business
What you'll learn
  • comprendre les principes économiques et financiers universels
  • déchiffrer le bilan et le compte de résultat comme un financier
  • apprendre à identifier les caractéristiques d'un modèle économique rentable et pérenne
  • déceler les risques et opportunités offerts par une entreprise en lisant ses comptes légaux
  • calculer la vraie valeur en euros d'une société commerciale
  • calculer les ratios financiers qui permettent d'évaluer la solidité, la rentabilité et la trésorerie d'une entreprise
  • vérifier la capacité d'une entreprise à générer du cash
  • faire le lien entre le bilan comptable et le compte de résultat
  • comprendre la notion d'Actif Immobilisé
  • comprendre la notion d'Actif Circulant
  • comprendre la notion de Fonds Propres et de Capitaux Permanents
  • comprendre les enjeux de l'endettement stratégique
  • Savoir découvrir l'origine du résultat comptable
  • Distinguer le résultat d'exploitation du résultat financier et du résultat exceptionnel
Requirements
  • ce cours est accessible aux non-financiers et au non-comptables
Description

Le but de ce cours est de vous permettre de décrypter le bilan et le compte de résultat des entreprises avec le même regard que celui qu'y porte un financier de métier. 

L'analyse financière des entreprises et la comptabilité générale sont standardisés pour permettre la comparaison des entreprises entre-elles. Ainsi, quand vous aurez appris à interpréter les états financiers d'une entreprise, (peut-être la vôtre ?), vous pourrez reproduire votre analyse critique en interprétant les synthèse de comptabilité de n'importe quelle entreprise.

Les enjeux :

  • faire une critique objective des risques et opportunités que présentent la situation d'une entreprise

  • contribuer plus efficacement aux échanges avec des professionnels tels votre banquier ou l'expert-comptable

  • densifier votre culture économique : le mécanisme économique dont les états financiers sont la synthèse sont universels.

Notre promesse : vous mettre à l'aise avec le jargon et démystifier les principes de comptabilité. Ceux-ci sont affaire de simple logique et donc accessibles aussi aux "non-financiers".

Bonus : explication de la faillite de la banque Lehman Brothers, des bulles financières et des subprime, suivi d'une vidéo explicative des enseignements à tirer de cette crise économique, afin de ne pas soi-même dépendre de fonds pourris.

Bonne progression.


Who this course is for:
  • Dirigeants d'entreprises
  • Créateurs d'entreprises
  • Porteurs de projets
  • Employés ou cadres d'entreprises, d'associations ou de comités d'entreprises
  • Demandeurs d'emplois
  • Toute personne désireuse de bien comprendre le monde économique
Course content
Expand all 34 lectures 01:27:52
+ Les équilibres financiers de base
6 lectures 12:22

Dans cette vidéo, nous allons voir à partir de quels documents on peut étudier l'équilibre ou le déséquilibre des finances d'une société commerciale.

D’abord, le compte de résultat de l’entreprise, qui dit, entre autres chose, si l’entreprise enregistre des pertes ou fait des bénéfices.

Ensuite, le bilan comptable de la société est arrêté tous les ans. Ce document renseigne sur les ressources financières de l’entreprise et sur la manière dont celle-ci utilise ces ressources pour les besoins de l’exploitation.

Preview 01:54

Si chaque chef d’entreprise choisissait ce qu’il comptabilise ou pas dans les luvres de sa société, chacun ferait en sorte de déclarer les chiffres qui l’arrangent, pour faire bonne figure et optimiser les impôts dus.

Les états financiers d’une entreprise sont normalisés. Cela veut dire que toutes les sociétés du pays doivent respecter les mêmes règles de comptabilité. Cette standardisation présente l’avantage de permette la comparaison des entreprises entre-elles, mais ce n’est pas tout : en obligeant les entreprises à utiliser des règles identiques pour calculer leurs résultats, bénéfices ou pertes, la Loi place les entreprises à égalité devant l’impôt.




Preview 02:03

Dans ce cours, plusieurs vidéos sont consacrées à l’étude de toutes les informations présentées dans le bilan et le compte de résultat, qui sont les deux états financiers exigés de toutes les sociétés commerciales tenues à une obligation de comptabilité complète, qu’on appelle aussi comptabilité d’engagement.

D’autres états financiers existent et sont imposés aux grosses sociétés commerciales. Parmi ceux-ci, l’annexe comptable, qui donne des explications complémentaires concernant les chiffres repris dans le compte de résultat et au bilan de l’entreprise.
L’annexe aux comptes annuels, quand, elle est disponible, offre des renseignements précieux mais pas absolument indispensables à celui qui souhaite juste se faire une idée globale de la santé d’une société.

Preview 01:18

La compréhension de la santé d’une entreprise passe par l’examen de trois thèmes essentiels : le résultat, le bilan et la trésorerie.

L’illustration montre des vases communiquant parce que la logique économique est telle que ces trois notions sont interdépendantes.

Par exemple, de mauvais résultats, soit une rentabilité trop faible, voire déficitaire affaiblit le bilan de l’entreprise, dont les ressources financières faiblissent et la trésorerie peut alors venir à manquer.

Au contraire, une entreprise dont le résultat est bénéficiaire, voit ses ressources bilantaires, donc ses moyens d’exploitation augmenter, notamment parce que l’argent des clients alimente la trésorerie en suffisance.

Vérifier le tryptique : rentabilité, solidité indépendance
02:25

Le bilan comptable est l'un des états financiers annuels incontournables et obligatoires. Cette vidéo-ci doit vous aider à bien comprendre ce qu’est le bilan comptable d’une société. 

Pour comprendre le bilan comptable, on peut faire un parallèle avec le patrimoine d’une personne ou d’une famille. Le bilan d’une entreprise, comme un patrimoine familial, c’est d’une part la liste et la valorisation en argent de toutes les possessions du ménage et d’autre part la liste des ressources financières qui ont permis à la famille d’acquérir ce patrimoine et qui lui permettent de le garder en bon état.

Preview 03:04

Le compte de résultat est l'un des états financiers annuels incontournables et obligatoire. Cette vidéo-ci doit vous aider à bien comprendre ce qu’est le compte de résultat de l’entreprise.

Le fonctionnement d’une entreprise génère des charges dont la nature et l’importance varie selon le secteur d’activité. Une société peut avoir, par exemple, des loyers, des achats de marchandises, des honoraires de comptabilité, des frais de publicité, des salaires à assumer pour les besoins de son exploitation.

Le compte de résultat présente une liste des Charges consommées, sur une période d’un an. Cette liste est valorisée en argent.

Mais le compte de résultat présente une autre liste, celle que les comptables appellent « les Produits ». Il s’agit de l’inventaire valorisé en argent de la richesse crée par l’activité de l’entreprise. Parmi les produits, le chiffre d’affaires facturé aux clients, pendant l’année et parfois d’autres catégories de « Produits », dont on parlera plus loin dans ce cours.

Qu'est-ce qu'un compte de résultat ?
01:38
+ Ce que nous enseigne le compte de résultat
5 lectures 13:51

Avoir vérifié, sur un compte de résultat, si l’entreprise présente une perte ou au contraire, si elle fait des bénéfices, c’est évidemment important, mais c’est insuffisant pour comprendre les forces et les faiblesses présentes ou à venir.

La structure normalisée de l’état financier que l’on désigne comme le « compte de résultat » permet de savoir quelles catégories de charges ont pesé lourdement sur le résultat et, du côté des produits, quels types de produits ont plus ou moins bien contribué au résultat final.

Pas besoin d’avoir des connaissances comptables poussées ni de jargon pour comprendre les trois niveaux d’analyse qui permettent d’expliquer l’origine, le pourquoi, d’un bénéfice ou d’une perte.

Comprendre l'origine du bénéfice ou de la perte comptable
03:09

Pour rappel, les Produits, comme le chiffre d’affaires facturé contribuent à l’augmentation du résultat d’une entreprise tandis que les charges consommées pour produire les ventes font logiquement baisser ce résultat.

La Loi impose aux entreprises de France de présenter leur compte de résultat par nature de Charges et par nature de Produits.

Par exemple, du côté des Produits, les ventes de marchandises sont comptabilisées distinctement des prestations de services ou des ventes de travaux ; il s’agit simplement d’une segmentation par nature de produit.

Du côté des charges, on comptabilise séparément les honoraires des loyers, par exemple, et on ne mélange pas les achats de marchandises ou les taxes et impôts avec les salaires.

Chaque nature de charge correspond à une classification légale reprise dans le Plan Comptable Général. Mais rassurez-vous, il est inutile d’être expert en comptabilité pour savoir lire un bilan ou un compte de résultat.

Etude de l'origine du bénéfice ou de la perte (suite)
04:21

Pour tirer des enseignements utiles d’un compte de résultat, dans l’idéal, vous disposez de plusieurs comptes de résultat successifs. Ainsi, vous pouvez repérer les tendances à la hausse ou à la baisse des différentes catégories de charges et de produits. Etudier l’évolution de la structure – exploitation – financier – exceptionnel, dans le temps permet de repérer des modifications dans le modèle économique, des crises présentes ou à anticiper ou au contraire, une amélioration ponctuelle ou durable de la rentabilité.

Une chose est sûre : la variation importante d’un poste de charges ou de produits doit faire l’objet d’un questionnement.

Le fisc ne fonctionne pas autrement : il demande des renseignements lorsqu’en comparant le compte de résultat d’une entreprise, il repère des changements dans la proportion de certaines charges ou de certains produits, par rapport à l’historique des années précédentes.

Evolution du compte de résultat d'une période à l'autre
02:44

Le compte de résultat établi dans la forme imposée par la Loi, en France, présente les charges et les produits selon leur nature.

Il faut s’y résoudre, le décryptage du compte de résultat ne permet pas de faire la part des choses entre les charges fixes et les charges variables.

Compte de résultat "légal" vs Compte de résultat "analytique"
00:44

Au cœur du business, donc composante importante du résultat d’exploitation, la marge brute est le premier ratio à calculer pour se faire une idée de la rentabilité d’une activité.

Les manuels d’économie traditionnels définissent la marge brute d’exploitation comme la différence entre le chiffre d’affaires et le coût des achats consommés. Ça fonctionne pour le négoce, pour l’industrie aussi, si on remplace le coût d’achat de la marchandise consommée par le coût de revient ou de fabrication des produits vendus.

La Marge Brute d'Exploitation
02:53
+ Ce que nous enseigne le bilan comptable
6 lectures 14:23

On va commencer par examiner la liste des emplois qu’on peut retrouver à l’Actif d’une entreprise. Il s’agit de savoir comment l’argent disponible est employé.

Traditionnellement, les comptables présentent la liste des Emplois, soit l’Actif avant celle des Ressources, soit le Passif. Sur notre illustration, la liste des Emplois figure donc à gauche de la liste des Ressources, pour respecter le sens de lecture de gauche à droite. Présenter Actif et Passif sur la même page permet de mettre en avant la stricte égalité entre le montant des ressources disponibles et la valeur de l’emploi qui en est fait.

Il faut retenir que, comme une famille, une entreprise ne peut utiliser davantage d’argent que celui dont elle dispose, soit parce qu’elle l’a gagné, soit parce que quelqu’un le lui a prêté.


Les emplois ou actifs immobilisés
02:24

Certains actifs  sont dits « Actifs circulants » ou « Tournants » car leur valeur change beaucoup plus fréquemment que celle des Immobilisations. La valeur des stocks, les sommes que les clients doivent et les disponibilités bancaires varie en effet chaque jour, au gré des opérations courantes du commerce.

Les actifs circulants sont considérés comme judicieux si les stocks se transforment assez rapidement en créances clients, qui elles-mêmes vont finir par se transformer en disponibilités lorsque les clients ont réglé leurs factures.

Les emplois ou actifs circulants
02:07

Comme l’Actif, le Passif est séparé en deux grandes "masses" : en haut de bilan les Ressources dites Capitaux Permanents, soit l’argent qui va rester à la disposition de l’entreprise pour une durée assez longue.

En bas de bilan, les ressources dont le remboursement est attendu à court terme ; l’entreprise ne peut pas mobiliser longuement cet argent.

Dans cette vidéo, nous parlons du haut de bilan, au Passif : les Fonds Propres sont constitués du Capital de l’entreprise, éventuellement augmentés des bénéfices constatés mais laissés dans l’entreprise par les actionnaires, quand ceux-ci ont décidé, en Assemblée Générale, de renoncer à la distribution de tout ou partie des bénéfices sous forme de dividendes.

Lorsqu’une entreprise a enregistré des pertes, la valeur de celle-ci vient, lors de la clôture des comptes annuels, en déduction du montant des Fonds Propres. Lorsque des pertes sont constatées, la mise de départ des associés, perd donc de la valeur.

Le Passif du Bilan : les Fonds Propres et les Capitaux Permanents
02:08

Cette vidéo parle de l’argent prêté à l’entreprise par des établissements de crédits.

Constater un emprunt à long terme au Passif d’une entreprise, c’est comprendre qu’une banque a suffisamment confiance dans le modèle économique de l’entreprise pour lui prêter de l’argent pendant longtemps. Les banquiers étant réputés prudents, c’est souvent un bon signal.

Les dettes à court terme sont celles qui sont liées à l’exploitation : créances fournisseurs, dettes envers les salariés ou les caisses sociales, le fisc ou la TVA sont les dettes à court terme les plus classiques. On parle de court terme dès lors qu’elles devront être payées dans un délai inférieur à un an.

Pour clore l’examen des Ressources, il peut y avoir des disponibilités négatives, soit des facilités de trésorerie, quand le banquier tolère un découvert bancaire.

Le Passif du Bilan : Les Dettes
02:05

L’analyse des ressources financières permet de savoir qui tire les ficelles de l’entreprise : selon le principe du « qui paie décide », c’est celui qui risque le plus d’argent dans une affaire qui a le dernier mot. Dès lors que l’endettement est disproportionné par rapport au fonds propres, le rapport de force fait que les actionnaires perdent la main au profit des tiers qui financent leur entreprise. Voilà pourquoi, en principe, aucun banquier ne risquera plus d’argent que vous-même dans votre société : il en deviendrait, de facto, le patron.

Celui qui paie décide : la composition des ressouces pose un rapport de force
02:52

La base d’un business model est de disposer des ressources financières suffisantes afin de pouvoir « employer », mettre des moyens d’exploitation en service de manière à faire des bénéfices. Mais disposer de ressources importantes en argent ne suffit pas à garantir la rentabilité d’une activité. Il faut aussi adopter la bonne stratégie afin d’employer judicieusement les ressources.

L'emploi des ressources est-il cohérent ?
02:47
+ Etude de l'argent liquide nécessaire à l'exploitation : ratios de trésorerie
8 lectures 17:53

Financer et entretenir des Immobilisations, des Infrastructures implique de disposer de ressources financières à long terme.

Pour vérifier si cette condition est vérifiée, il faut comparer la valeur du haut de bilan à l’Actif, soit l’Actif Immobilisé avec la valeur du haut de bilan, au Passif, soit le montant des ressources durablement disponible, les Capitaux Permanents.

On comprend aisément que l’aménagement d’un atelier, par exemple, ne soit pas financé par des ressources financières remboursables à court terme. Imagineriez-vous devoir vendre vos machines pour payer un fournisseur ou de la TVA ? Cette situation conduirait à la faillite de votre entreprise car, quand il faut vendre les moyens d’exploitation pour subvenir au dépenses urgentes, l’entreprise perd ses moyens de production et donc sa capacité à servir ses clients.

C’est le premier ratio, très simple que nous présentons. Ce classique se nomme le Fonds de Roulement : il est positif quand les capitaux permanents est plus importante que l’actif immobilisé. Dans ce cas l’équilibre du bilan de l’entreprise est jugé bon.


Le Fonds de Roulement pour démontrer la solidité de l'entreprise
03:25

S’agissant de financer un investissement, une immobilisation, il s’agit de suivre une stratégie en fonction des possibilités qui s’offrent à l’entreprise.

Il n’y a que trois cas de figure :

Si l’entreprise possède, à l’Actif, d’une trésorerie excédentaire, elle peut payer l’investissement avec ses liquidités. Un Actif Circulant est alors transformé en Actif Immobilisé. Il n’y a aucun impact sur les ressources, au Passif.

L’entreprise peut aussi réclamer de son banquier l’usage d’un découvert bancaire. Mais il est peu probable que le banquier consente à financer l’acquisition d’infrastructures, biens d’emploi durables, par la création, au Passif du bilan d’une dette à court terme, correspondant à un découvert bancaire. Eviter cette situation est la raison même, puisqu’un tel montage financier (augmentation du haut de bilan à l’actif financée par une augmentation des dettes à court terme, en bas de Passif, impacte négativement le fonds de roulement, dont nous avons parlé dans les précédentes vidéos.

Une troisième solution existe : prouver au banquier que l’investissement projeté sera vite rentable et lui demander un prêt à long terme.
Dans ce cas, la valeur de l’investissement portée en haut de bilan à l’Actif correspond à une augmentation des ressources longues, les capitaux permanents.

Un emprunt échéancé à long terme est confortable pour l’entreprise, lorsque les taux d’intérêts sont peu élevés, car la charge financière que constituent les intérêts qui rémunèrent le banquier est de faible impact sur le résultat de l’entreprise.

Stratégie de financement de l'entreprise
02:40

Il est important de saisir la différence entre les capitaux permanents, soit la somme des ressources durables de l’entreprise, quelle qu’en soit l’origine et les capitaux propres, qui correspondent à l’argent risqué par les actionnaires.

Le terme des financiers, pour parler de l’argent durablement disponible pour votre société commercial est l’expression "Capitaux Permanents".

Les capitaux permanents sont constitués de la mise de départ des actionnaires, le Capital, des éventuels bénéfices non distribués aux actionnaires pour rémunérer le risque qu’ils prennent en investissant leur argent dans l’entreprise. A la valeur de l’argent risqué directement par les propriétaires de l’entreprise (Fonds Propres), il faut rajouter la valeur des provisions, décidées pour tenir compte de risques latents et les emprunts à long terme, c’est-à-dire l’argent prêté dont l’échéance de remboursement est supérieure à un an.


Focus sur les Capitaux Permanents
01:42

Les capitaux propres ou fonds propres, c’est la somme de l’argent que les actionnaires risquent de perdre si l’entreprise tourne mal.

S’il est possible légalement de créer une entreprise avec un capital de seulement 1 euro, il faut bien se dire qu’une mise aussi modique ne permet pas d’investir ni de payer les charges de la société en attendant que celle-ci soit financée par ses clients.

L’importance des fonds propres est donc un indice de la confiance que les propriétaires de l’entreprise ont en leur modèle économique.

Calculer le ratio d’autonomie financière est assez simple : il s’agit de vérifier la proportion des fonds propres par rapport au total du bilan.

Focus sur les Capitaux Propres et le ratio d'autonomie financière
02:12

Le besoin en fonds de roulement, c’est une expression ronflante des financiers pour parler du montant de liquidités dont une entreprise doit disposer pour faire face à toutes ses dépenses courantes.

En effet, le cycle de trésorerie de l’entreprise ne suit pas forcément le cycle des achats et ventes. Parfois, nous faisons crédit à nos clients et devons attendre pour toucher la recette d’une vente. Dans le même temps, nous avons des fournisseurs à payer rapidement et peut-être des salaires à verser.

Les financiers ont mis au point une formule statistique qui permet d’approcher la somme nécessaire pour qu’une entreprise ne soit pas en manque de trésorerie pour régler ses dettes d’exploitation. C’est la formule de ce fameux besoin en fonds de roulement : BFR de son petit nom.

Dans l’actif circulant, vous additionnez la valeur des stocks et des créances clients. De cette somme, vous retranchez le total des dettes commerciales (envers les fournisseurs) et vous obtenez le BFR stricto sensu.

Preview 01:56

Dans les vidéos qui précèdent, nous avons expliqué les notions de fonds de roulement et de besoin en fonds de roulement.

La trésorerie nette s’obtient simplement en ôtant le besoin en fonds de roulement du fonds de roulement lui-même.

Il n’est pas difficile d’admettre que si la trésorerie nette est nulle ou négative, l’entreprise manquera d’argent pour faire face à ses échéances de règlement. C’est évidemment un problème à éviter, en renforçant les fonds propres ou en faisant appel au crédit.

Preview 01:51

Dans cette vidéo, nous allons faire un peu de logique autour de l’évolution du niveau de trésorerie nécessaire en fonction de la marche des affaires.
Sans le dire, c’est revenir à la notion de Besoin en Fonds de Roulement dont on a parlé précédemment.

La logique du cycle de trésorerie veut que :

  • le montant de l’argent à faire rentrer dans les caisses de l’entreprise augmente quand les ventes augmentent. C’est tant mieux mais il va falloir s’organiser pour faire rentrer cet argent sur le compte de l’entreprise le plus vite possible.

  • quand la production augmente, les dettes augmentent, puisque produire à un coût. Il faut payer des fournisseurs, des salaires ou des sous-traitants.

  • si le niveau des ventes baisse, il peut y avoir deux conséquences : la première c’est que la recette des ventes, l’argent reçu des clients diminue, la seconde, c’est que les stocks achetés ne sont pas transformés en ventes. Les excédents de stocks, c’est donc de l’argent qui dort, au niveau des emplois inscrits à l’Actif du bilan.

Conséquence du volume d'affaires sur les liquidités disponibles
01:37

Pour une entreprise, facturer des ventes n’est pas une fin en soi. Le but assumé est d’encaisser le produit des ventes pour récupérer, à la fois une marge bénéficiaire, mais aussi de quoi payer les dépenses d’exploitation.

Beaucoup d’entrepreneurs débutant ne font pas bien la différence entre le cycle d’exploitation (achats et ventes), souvent en décalage par rapport au cycle de trésorerie (encaissement de la recette et décaissement des dépenses).

En effet, lorsque l’argent vient à manquer à l’entreprise, une spirale infernale peut s’engager.

Ce qui est sûr c’est qu’une activité qui ne génère pas assez de trésorerie n’a jamais un sou pour se développer ou faire face à un coup dur.

Cycle de l'argent : conséquences d'un manque de trésorerie
02:30
+ Focus sur les Emplois : Immobilisations, Créances Clients et Stocks
6 lectures 12:22

L’argent des clients est la ressource financière la plus naturelle et la moins chère d’une entreprise. Une bonne raison pour accorder une importance primordiale au poste des créances clients. Sa présence à l’actif rappelle que votre entreprise emploie de l’argent en faisant crédit à ses clients.
Le but est de transformer 100% des créances clients en liquidités bancaires, sans coût ni délai non négocié.

Votre modèle économique prévoit un délai de paiement pour les clients. Mais dès lors qu’un client ne respecte pas ce délai, son retard de paiement compromet l’équilibre de votre cycle de trésorerie.

Tenir à jour une balance âgée, comme celle présentée ici permet de suivre l’évolution de l’argent qui doit rentrer, en faisant la part des choses entre les sommes qui ne sont pas échues et celles qui auraient déjà dû être encaissées, si les clients avaient respecté l’échéance prévue.

L'encours Clients : la balance âgée
02:17

La période moyenne de recouvrement, en abrégé PMR, est un indicateur clé. Il s’agit de vérifier, par une moyenne statistique, le temps qui s’écoule entre la facturation et l’encaissement de la recette des ventes.

Pas besoin de réfléchir longtemps pour savoir que votre poste clients est en souffrance si votre PMR, exprimée en jours, dépasse les délais de paiements contractuellement accordés à vos clients.

Par exemple, si votre PMR est de 40 jours, alors que vos conditions de ventes prévoient un paiement à 30 jours de la date de facture, le retard clients représente 10 jours de chiffres d’affaires taxes incluses.

Crédit accordé aux clients : la Période Moyenne de Recouvrement
02:24

Les immobilisations sont une composante plus ou moins importante des emplois, à l’Actif, en haut de bilan. Une entreprise de service aura souvent moins d’infrastructure à financer qu’une entreprise qui fabrique des biens ou qui exploite des points de ventes. L’actif immobilisé, ce sont des biens matériels et droits immatériels acquis et affectés durablement à l’exploitation.

Lorsque vous étudiez le poste « Immobilisations » d’un bilan, vous pouvez d’abord vous faire une idée globale : celle de l’importance que prennent ces emplois immobilisés dans le total du bilan. Vous mettrez ce facteur en relation avec la notion de fonds de roulement, selon laquelle des emplois durables devraient être financées par des ressources longues, sous peine de déséquilibrer la trésorerie de l’entreprise.

Bien entendu, au fur et à mesure de leur utilisation, ces équipements s’usent. Chaque année, le comptable doit donc minorer la valeur des Immobilisations en passant une charge d’amortissement, qui correspond à l’usure constatée. Il est intéressant de noter que les charges d’amortissement ne génèrent pas de flux de trésorerie sortante. On parle de charges non décaissées.

Acquisition et amortissement des Immobilisations
02:18

A l’Actif d’un bilan, on trouve toujours trois colonnes pour la valorisation des immobilisations : la première renseigne sur leur valeur d’achat, la seconde présente la somme des amortissements déjà pratiqués et la troisième la valeur comptable nette ou valeur actualisée en fonction de l’usure du bien.

Pour commencer, calculez le ratio d’immobilisation de l’Actif, soit le rapport entre le total des immobilisations nettes et le total du bilan.

Plus ce ratio est élevé, plus les infrastructures (emplois durables) sont importantes.

Si la valeur comptable nette est faible et la part des amortissements déjà pratiqués élevée, il y a des chances que l’outil de production de l’entreprise soit ancien, puisque déjà très « amorti ».

Le taux d’usure des immobilisations se calcule en divisant les amortissements cumulés par la valeur d’achat des immobilisations.


Ratios d'évaluation des Immobilisations
01:36

Quand, avant de vendre, une entreprise doit acheter des stocks, il y a des chances qu’elle doive payer des fournisseurs avant d’avoir vendu et encaissé la recette des ventes.

Alors, une rotation lente des stocks, avec des produits que l’entreprise peine à vendre, ce sont des ressources financières qui dorment dans l’entrepôt.

Le ratio de rotation des stocks correspond au temps passé avant qu’une entreprise ai consommé entièrement la valeur de son stock.

C’est une formule statistique à résoudre en divisant la valeur moyenne du stock par la valeur des achats consommés sur la période.

Niveau et valeur des Stocks : les bonnes questions à poser
02:23

La marge bénéficiaire est faite sur les produits vendus, pas sur ceux qui restent en magasin.

Le stock doit être maintenu au niveau strictement nécessaire pour ne pas rater de ventes. Le modèle idéal consiste en une rotation rapide des stocks. Sitôt acheté, aussitôt vendu.

Si votre modèle économique vous oblige à avoir des stocks importants, par exemple, pour donner du choix aux clients, intégrez bien cette donnée dans la modélisation de votre cycle de trésorerie. Vous devrez sortir de l’argent en amont de la recette des ventes à venir.


Impact des Stocks sur la trésorerie
01:24
+ Calculer la trésorerie dégagée par une activité : la Capacité d'Autofinancement
1 lecture 02:57

La trésorerie dégagée et non dépensée pour régler des engagements existants, c’est de l’argent disponible pour être employé à l’avenir.
On appelle cette somme « capacité d’auto-financement » puisqu’il s’agit de ressources qui ne sont pas dues à des dettes. C’est la rentabilité de l’entreprise qui crée un excédent de trésorerie bien utile pour envisager sereinement l’avenir.

Quel est le montant de trésorerie excédentaire dégagée au cours d’un exercice comptable d’un an ?
Voilà une question stratégique puisque ce montant correspond à l’argent qui reste disponible pour auto-financer des investissements contribuant au développement ou à la pérennisation de l’entreprise.



Calculer la Capacité d'autofinancement par le compte de résultat
02:57
+ Bonus : récit du mécanisme d'une crise économique classique
2 lectures 14:04

Fin 2008, la banque américaine Lehman Brothers est à court de liquidités; elle fait faillite. Sa clientèle de particuliers est en difficultés; l'industrie va mal et une vague de chômage la touche. Les dépôts bancaires se font rares, les clients viennent massivement retirer leurs économies et beaucoup ne parviennent plus à rembouser leur crédit immobilier. Alors la banque manque d'argent. Dans cette vidéo, on vous explique cette crise exemplaire, celle de l'éclatement d'une bulle économique et des subprime, soit quand les affaires se font à des prix exagérés et avec de l'argent quasi virtuel. La section suivant contient une seconde vidéo qui revient sur les enseignements à tirer de cette crise "modèle".

Preview 08:02

Dans la section précédente, nous avons fait le récit d'une crise économique globale, ayant entrainé la faillite d'une banque, suivie d'une crise mondiale. Dans cette vidéo, on tire les leçons de cet histoire réelle afin de pouvoir prendre les meilleures décisions pour notre argent ou celui de nos entreprises, sans nous laisser prendre par le leurre qui permet maintenant de nous financer sur des marchés risqués. A regarder d'urgence si vous ne voulez pas miser sur des fonds pourris, qui peuvent aller jusqu'à mener les établissements de crédit à la ruine, et qui dissimulent la fragilité de la politique monétaire des Etats, qui pour la plupart font circuler de la monnaie surévaluée. Après avoir vu ce bonus, vous serez armé pour survivre dans notre économie mondialisée.

Subprime, bulle financière, fragilité des banques : les pièges à éviter
06:02